Les voeux du Président

www.sne.fr - 
Retrouvez le discours prononcé par Antoine Gallimard, Président du Syndicat national de l'édition, à l'occasion des voeux qui se sont tenus jeudi 12 janvier dans les locaux du SNE :

" Chers confrères et consœurs, chers amis,

L’édition vit des moments d’une importance cruciale. Rarement on a autant parlé du présent et de l’avenir du livre entre nous, avec les pouvoirs publics, mais aussi dans la presse, preuve encore de l’attachement des Français à cet irremplaçable objet de plaisir et d’instruction.
« Avant que les livres disparaissent, l’homme aura disparu. » C’est ce qu’écrivait Adrienne Monnier, cette femme de lettres qui fut en son temps libraire et éditrice (de Joyce, notamment), et qui mit toute son application, son sens des relations et sa conviction au service des livres. Cette période des vœux me fait penser à un texte étonnant sur la situation du livre qu’Adrienne Monnier a écrit au premier jour de l’an 1983. C’est que l’heure était grave ; le commerce du livre subissait une crise mémorable, marquée par la démonétisation des livres abusivement soldés, une fréquentation en berne des librairies, un pouvoir d’achat en recul, une production trop abondante, une paupérisation des auteurs, une spéculation dévastatrice… « J’appelle spéculateur, écrivait-elle, celui qui exploite à la fois le créateur et l’amateur, qui achète dans l’artifice et qui vend dans l’artifice. Les valeurs les plus sûres s’effondrent quand elles sont devenues sa proie et il faut beaucoup de temps et d’adresse pour les remettre en état.»
De quoi faire réfléchir.

Je crois, qu’à l’échelle de notre secteur, nous connaissons aussi un de ces moments charnières où tout semble s’accélérer. 2011 a vu d’importantes avancées et 2012 s’annonce riche en évènements pour notre profession.

Permettez-moi de caractériser ces avancées et ces évènements par deux maîtres-mots : diversité et solidarité.

1. Diversité

Nous croyons que le livre est fondateur pour notre civilisation. D’après le philosophe Jean-Luc Nancy, «  un livre est un météore qui se disperse en milliers de météorites dont les courses errantes provoquent des collisions, des retrouvailles, des concrétions soudaines de nouveaux livres, des éditions augmentées, revues et corrigées, une immense circulation stellaire.1 »

Nous partageons tous la même conviction pour produire des livres de qualité, il faut à tout prix préserver la diversité de tous les acteurs de la chaîne du livre. Toute position dominante est mortifère à terme pour la création. La diversité suppose une régulation, car « aucun jeu ne peut se jouer sans règles » (Vaclav Havel, disparu en décembre 2011 et auquel je souhaite ici rendre hommage) :

-    L’adoption de la loi du 26 mai 2011 sur le prix unique du livre numérique a été assurément une « heure étoilée » pour les professionnels du livre : la loi Lang, dont nous avons fêté les trente ans au Salon du Livre en présence de Jack Lang, a atteint son objectif principal : permettre l’égal accès au livre à tous les citoyens. Comme l’a rappelé Hervé Gaymard dans son rapport de 2008, la loi de 1981 a permis de maintenir un réseau de plus 3500 librairies indépendantes sur l’ensemble du territoire. Elle a favorisé la vitalité et la diversité de l’édition. L’extension au livre numérique de la maîtrise du prix du livre par l’éditeur est essentielle. Nous continuons à nous battre pour l’essaimer ailleurs, en Suisse (référendum en mars), en Israël…

-    En plein débat parlementaire sur le prix du livre numérique, nous avons fait connaissance avec le « doux monstre de Bruxelles », comme l’appelle le philosophe allemand Hans Magnus Enzensberger. En effet, l’enquête bruxelloise lancée à l’encontre de plusieurs éditeurs et du SNE, mue par un acteur dominant, apparaît comme un évident paradoxe.

-    L’entrée en vigueur au 1er janvier de la TVA à taux réduit de 7% pour le livre numérique est aussi un acte d’émancipation à l’égard de ce « doux monstre »: merci au Président de la République, aux parlementaires et à Jacques Toubon en particulier. Ce taux ajusté doit permettre à chaque éditeur de développer une offre légale attractive pour éviter que le piratage ne nous ravisse notre marché.

-    Le relèvement du taux réduit de TVA à 7%, hélas confirmé, ne doit léser aucun des acteurs de la chaîne du livre, notamment les libraires. Bien sûr, nous aurions préféré conserver pour le livre le taux réduit de 5,5%. L’effort de solidarité nationale est d’autant plus compréhensible qu’il est équitablement réparti.

-    Le vote prochain, nous l’espérons, de la loi instaurant une gestion collective des œuvres indisponibles, marquera l’aboutissement de deux années de travail acharné avec la BNF, le ministère de la culture, les auteurs et les investissements d’avenir. Dossier ardu, qui a fait pousser bien des soupirs aux membres du Bureau mais qui a été brillamment piloté par Sylvie Marcé. Ce dossier, nous l’avons défendu malgré sa complexité, car nous nous l’estimons nécessaire face aux projets de nouvelles exceptions au droit d’auteur promues par le Commission européenne, mais aussi face au monopole rêvé par un grand acteur de l’Internet qui, en dépit de promesses et d’annonces, continue dans le silence des bibliothèques américaines à numériser sans autorisation les livres d’un grand nombre d’éditeurs français.

Prix unique, TVA, œuvres indisponibles : la dimension européenne est devenue omniprésente dans notre action. Après avoir rencontré l’an passé Manuel Barroso, président de la Commission européenne, Neelie Kroes, ainsi que de nombreux députés et fonctionnaires européens, nous avons accueilli mardi dernier à déjeuner au SNE Michel Barnier, commissaire européen en charge notamment du droit d’auteur.

Rappelons ces quelques mots de Jorge Semprun, disparu en juin 2011, a écrit en 1992 2 , l’année du traité de Maastricht : « il ne faut pas penser l’Europe uniquement comme marché unique, mais comme ensemble culturel, comme figure spirituelle ouverte sur l’universalisme d’une Raison critique et démocratique. L’Europe ne peut pas se fonder sur l’exclusion de la différence, elle doit se construire sur l’unité essentielle de sa diversité. »

2. Solidarité

Le maintien de la diversité suppose une solidarité entre tous les acteurs de la chaîne du livre :

-    solidarité entre auteurs et éditeurs : je forme le vœu que nous puissions conclure un accord équilibré entre auteurs et éditeurs sur les droits numériques dans le cadre du CSPLA. Cette solidarité doit s’exprimer aussi dans notre combat commun pour la défense du droit d’auteur. Le SNE a donné l’impulsion de l’organisation, par la FEE, des premiers dialogues auteurs-éditeurs au Parlement européen en septembre 2011. Cette première fut réussie. Nous projetons aussi de lancer, avec la Sofia, société gérée paritairement entre les auteurs et les éditeurs, un baromètre sur les pratiques de lecture et d’achat de livres numériques et un dispositif anti-piratage à l’encontre des sites contrefaisants de notification et retrait.

-    solidarité entre salariés de l’édition : l’accord sur les minimas salariaux signé en juin 2011 a permis la reprise d’un dialogue nourri et confiant. Je m’en réjouis car l’édition, c’est avant tout celles et ceux qui la font.

-    solidarité entre grands et petits éditeurs : 2011 a vu la fin de Calibre, société créée en 2006 conjointement par le SNE et le SLF pour proposer aux très petites maisons d’édition une distribution professionnelle et pour faire bénéficier les libraires d’un interlocuteur unique à la place de centaines de maisons. Calibre n’a pas atteint sa cible, son modèle économique n’a pas su trouver l’équilibre, la structure mise en place s’est avérée disproportionnée par rapport à l’activité réelle. Le SNE et SLF l’ont soutenu jusqu’au bout, peut-être trop longtemps ; en tout cas la liquidation à l’amiable a permis de proposer rapidement aux maisons distribuées un repreneur, Pollen. Autre lieu de rassemblement et de solidarité entre petits et grands : le Salon du Livre, qui réunit plus d’un millier d’éditeurs. A noter la baisse conséquente des tarifs en 2011 et la création de formules très accessibles pour les petites maisons. Le Salon reste un lieu de convivialité autour du livre indispensable, un évènement à la fois populaire et professionnel, auquel le SNE reste très attaché. Je vous invite tous à son inauguration le 15 mars prochain sous les auspices des lettres japonaises.

-    solidarité avec nos lecteurs : la baisse des pratiques de lecture s’accélère ces dernières années. L’enquête lancée par les éditeurs universitaires a montré un recul de 15% du marché du livre universitaire entre 2006 et 2010 : le projet de « chèque-lire sup » pour les étudiants boursiers de 1ère année est une excellente idée et serait un bon investissement dans l’avenir. Le SNE souhaite aussi lancer à la rentrée de septembre 2012, pour donner le goût de lire aux enfants, le projet de concours de lecture à voix haute pour les élèves de CM2 (titre provisoire : « Histoires et Paroles » ou « Petits Champions de la Lecture »), avec le partenariat notamment de France TV, Radio France, Lire L’Express et plusieurs partenaires financiers.

-    solidarité entre éditeurs et libraires : je suis heureux du mouvement lancé chez de nombreux éditeurs qui améliorent leurs conditions commerciales en faveur des librairies de qualité. Soulignons aussi l’importance du dialogue entre éditeurs et libraires  dans le cadre des nombreuses instances interprofessionnelles existantes : la commission des usages commerciaux du SNE, l’ADELC, la CLIL, Dilicom et bien sûr le Cercle de la Librairie. Nous avons soutenu fortement le portail des libraires indépendants 1001libraires.com, auquel 1,5 million € ont été apportés par le CNL, l’ADELC et le Cercle de la Librairie, hélas en pure perte. Cet échec douloureux ne doit pas nous faire renoncer à porter un projet collectif ambitieux et réaliste, mais sous une autre forme.

Au nom du SNE, les vœux de bonheur et de santé que je forme pour 2012 s’adressent en particulier :
-    aux salariés du Syndicat, à l’activité très intense ;
-    aux membres bénévoles de toutes les instances du SNE, en particulier à mes deux vice-présidents Sylvie Marcé et Vincent Montagne ainsi qu’au trésorier Pierre Dutilleul, à tous les membres du Bureau, aux présidents des groupes et commissions, - qu’ils soient remerciés pour leur militantisme -
-    à tous les membres de la profession - et nous avons la fierté de rassembler 580 adhérents –
-    à nos partenaires de l’interprofession, nombreux ici présent à former cette chaîne du livre si riche dans sa diversité ; en particulier au Président du CNL, Jean-François Colosimo, qui apporte une aide importante à l’édition et à la librairie.
-    aux représentants des pouvoirs publics, dans les ministères et au Parlement, dont le soutien est plus que jamais précieux.

Enfin je souhaitais vous dire toute mon implication à présider le SNE, ma fierté pour nos succès communs et ma conviction que l’action collective plus que jamais vaut la peine.

A tous, une très belle et heureuse année 2012 !"


1 Sur le commerce des pensées, 2005
2 Repris dans le recueil d'essais "Une tombe au creux des nuages", 2010


Adhérents
s'abonner à la newsletter Mentions légales Plan du site Contact
design by linkiz