Organisation du transport

Organisation actuelle

L’organisation du transport du livre en France peut être ainsi schématisée :

Les libraires de l’Ile de France (Paris et région parisienne)

Chaque distributeur choisit son transporteur, parmi les deux principaux transporteurs desservant la région parisienne (Geodis/Calberson et Speed) et assume le coût des expéditions, refacturé pour moitié aux libraires conformément à l’accord interprofessionnel conclu entre le SNE et le SLF le 22 juin 2005 (participation en pied de facture exprimée en euro par kilo)
Le coût d’envoi des retours est normalement pris en charge par les éditeurs puisque l’accord de 1988 prévoyait que les retours soient repris sans participation des libraires à l’occasion des livraisons).
Certains libraires utilisent également un système de coursiers pour s’alimenter chez certains éditeurs.
Depuis 2006, à l’initiative de la commission Transport, la livraison de nuit a été mise en place pour une trentaine de librairies. De nouvelles librairies sont séduites chaque année par les avantages de cette formule : gain de productivité, préservation de l’environnement, réduction des coûts de transport, etc. La commission Transport, qui réunit des distributeurs, des libraires et des transporteurs suit les évolutions logistiques, économiques et réglementaires en termes de transport parisien.
L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME) soutient ce dispositif, en raison notamment de son impact environnemental positif : décongestion du trafic aux heures de pointe, utilisation de véhicules propres et peu bruyants (camions au GNV), réduction des émissions de dioxyde de carbone, etc.
De plus, la livraison de nuit s’inscrit dans le plan « Transport » de la Ville de Paris et la « Charte des bonnes pratiques des transports et des livraisons de marchandises dans Paris » à laquelle participe la commission Transport.

Les libraires de province

Pour bénéficier d’un effet de poids additionnés, les commandes préparées chez les distributeurs sont remises à une plate-forme de regroupement, plateforme Prisme gérée par la CLIL (hormis les départs de centres régionaux). Le libraire choisit son transporteur parmi les transporteurs agréés, et assume le coût du transport depuis Prisme jusqu’à sa librairie. Tandis que l’acheminement des commandes jusqu’à Prisme ainsi que 60 % des coûts relatifs aux traitements des commandes par Prisme sont supportés par l’édition.
La plateforme Prisme reçoit également les retours des libraires, qu’elle répartit entre les différents distributeurs. Les coûts d’acheminement des retours jusqu’à Prisme et de traitement par Prisme sont à la charge des libraires. Le coût de transport depuis Prisme vers les centres de distribution est à la charge de l’édition.

Les hypermarchés, GMS…

Pour les hypermarchés, GMS… chaque distributeur choisit le transporteur auquel il souhaite faire appel et assume le coût du transport. Les destinataires paient une participation en pied de facture, variable suivant les distributeurs (certains pratiquant le franco dans le cadre d’accords commerciaux), exprimée en pourcentage du prix public hors taxe. Le coût d’acheminement des retours vers les centres de distribution est assumé par les clients.

Les plateformes nationales

La création de chaînes de magasins entraîne progressivement la centralisation des approvisionnements sur des plateformes nationales. Il en est ainsi par exemple pour la Fnac (102 points de vente), qui conservent encore cependant quelques flux via Prisme pour les réassorts de quelques éditeurs non encore traités pas la plateforme nationale, ou Auchan (125 points de vente).

Les autres clients

Chaque distributeur choisit son transporteur et en assume le coût. Les conditions financières de ce transport sont traitées par chacun au cas par cas.

Les mises à disposition

Il existe plusieurs sites de mises à disposition des commandes, soit dans des comptoirs de vente (Livre Diffusion, DIL, Dilisco, comptoirs propres des éditeurs…) soit sur une plateforme de transporteur. Les commandes sont mises à la disposition des libraires (Paris ou province) ou de leurs coursiers.

Les comptoirs de vente

Ils sont conçus pour servir rapidement des petites commandes aux clients en compte chez les distributeurs ou aux clients n’ayant pas de compte ouvert chez ceux-ci.
6 0,27 €/kg au-delà de 10 kg, avec un minimum de 3,30 € au 1er janvier 2013, hors écotaxe. Les tarifs sont indexés selon l’indice CNR depuis le 1er janvier 2006 (accord SNE/SLF du 22 juin 2005). Les retours sont à la charge des distributeurs.

Délai de livraison

En 2012, la question des délais de livraison a été au cœur des réflexions des distributeurs. En effet, face à la concurrence du e-commerce, les libraires indépendants ont été de plus en plus nombreux à demander aux distributeurs un raccourcissement des délais de livraison, ou, à défaut, une meilleure visibilité sur leurs délais afin de mieux informer la clientèle et éviter ainsi qu’elle ne se tourne vers Internet.
Ainsi, l’ensemble des distributeurs a pris des mesures en ce sens courant 2012 et en 2013. Union-Distribution livrait déjà ses clients dans des délais relativement courts. Hachette, Interforum et Sodis ont également mis en place des procédures de livraison en 48 h, Hachette en s’appuyant sur ses structures régionales de Lyon et Nantes. Le raccourcissement des délais de livraison n’a pas donné lieu à surfacturation.
Enfin, certains distributeurs envisagent un système de livraison directe au client final après commande en librairie.

L’optimisation du transport

Un nouveau plan de transport

En 2008, la CLIL initiait une étude des opportunités d’évolution du schéma de distribution du livre (analyse de la situation existante et étude des possibilités d’amélioration de la qualité de service et des coûts de transport, sur le périmètre du flux Prisme, qui permet le regroupement et la massification du transport vers la province). Une première phase de recherche d’optimisation, d’identification des prestataires susceptibles de répondre aux attentes des libraires a été lancée, suivie de l’appel d’offres en 2009  et des négociations concomitantes menées par le Collège Libraires de la CLIL.

Jusqu’à 15 % d’économies pour les libraires et stabilisation du schéma de transport

A partir de mars 2010, la CLIL a proposé aux libraires un nouveau plan de transport visant à  maintenir et améliorer le service, grâce à l’identification de trois flux : « monocolis » pour les plus petits flux, de moins de 30 kg ; « palette » pour les librairies ayant des flux de 1 à 33 palettes ; « messagerie » pour les flux moyens.
En 2010, 500 libraires ont revu leur organisation transport et suivi les recommandations de la CLIL pour changer de transporteur, générant une baisse moyenne de 15 % des coûts de transport, soit plus de 3 millions d’euros d’économies pour la profession.
En 2011, 300 libraires ont changé de transporteur, la CLIL ayant continué à optimiser son plan transport grâce à la sélection la plus pertinente possible d’au moins trois prestataires par département et à une meilleure rationalisation des flux et des procédures d’achat. Deux nouveaux transporteurs ont été ainsi référencés au départ de la plateforme Prisme.
En 2012, l’objectif fut de stabiliser les acteurs autour du schéma et de mettre en œuvre des outils d’analyse des coûts spécifiques aux libraires. Un module de « pré-facturation » accessible depuis la partie sécurisée du site internet (www.clil.org) permet au libraire d’estimer ses coûts, de contrôler sa facture de transport mensuelle et de visualiser les tarifs des transporteurs alternatifs de son département.
Depuis 2011, avec le concours des associations de libraires, ou des centres régionaux du livre, la CLIL se déplace au sein des territoires tout au long de l’année à la rencontre des libraires dans le cadre de sa mission d’information sur le pilotage du transport du livre. Elle a organisé des journées d’information transport en Belgique (Bruxelles), Nord-Pas-de-Calais (Lille), Centre/Grand Sud-Ouest (Caussade), Poitou-Charentes (Poitiers), Midi-Pyrénées (Toulouse), Auvergne (Clermont-Ferrand). La CLIL a été également conviée à rencontrer les libraires lors de diverses manifestions, en Aquitaine (Bordeaux), en Rhône-Alpes (Lyon), ou en Paca (Toulon).

© 2014 SNE. Tous droits réservés