L'UIE mobilisée pour la liberté de publier

www.sne.fr - 

Alors que le comité exécutif de l’UIE se réunissait à Paris le 10 février 2011, l’UIE et le syndicat  des éditeurs égyptiens, ont publié une déclaration commune, pour appeler les autorités égyptiennes à respecter la liberté de publier, à enquêter sur l’assassinat du journaliste et éditeur Ahmed Mohamed Mahmoud, et à autoriser l’organisation d’un Salon du livre du Caire indépendant, libre de toute interférence. Le syndicat des éditeurs égyptiens a également annoncé la création immédiate d’un comité indépendant sur la liberté de publier, qui traitera ces questions pour l’Egypte. L’UIE espère que d’autres associations d’éditeurs de la région suivront cette action du Syndicat des éditeurs égyptiens.
 

Déclaration de l’UIE (Union internationale des éditeurs) et du syndicat des éditeurs égyptiens

Adoptée à Paris et au Caire, le 10 février 2011.

Depuis de nombreuses années, l’Union internationale des éditeurs et le Syndicat des éditeurs égyptiens, membre de l’UIE, ont suivi la situation politique égyptienne et son impact sur la liberté d’expression et la liberté de publier. Depuis de nombreuses années, les éditeurs égyptiens ont souffert de la censure et ont subi des poursuites ou d’intenses pressions gouvernementales. L’UIE a cherché à combattre ces attaques contre la liberté d’expression  par du lobbying auprès d’organisations internationales et d’institutions et en leur communicant des informations sur la situation.

Les événements des dernières semaines suscitent, pour la plus large part, de l’optimisme. L’UIE et le Syndicat des éditeurs égyptiens espèrent, tout comme le peuple et les éditeurs égyptiens, qu’il s’agit du début d’une ère nouvelle, où la liberté d’expression et la liberté de publier s’épanouiront. L’UIE et le Syndicat des éditeurs égyptiens pensent que cette liberté permettra aux éditeurs égyptiens de contribuer au progrès social, en soutenant l’éducation, la démocratie, la diversité culturelle et le débat politique.

Dans ce contexte, l’UIE et le Syndicat des éditeurs égyptiens réitèrent ensemble l'importance des principes suivants : 
- Le respect de la Déclaration universelle des droits de l'homme des Nations Unies, du Pacte International relatif au Droits Civils et Politiques (PIDCP); en particulier, la promotion de la liberté  d'expression, incluant la liberté de publier des livres, conformément aux normes internationales pour la liberté d’expression (Articles 19 du PIDCP et la Déclaration Universelle des Droits de l'homme de L'ONU);
- L'indépendance absolue par rapport au gouvernement; le combat résolu contre celui-ci quand cela est nécessaire, ce qui signifie la nécessité de lui rappeler ses engagements internationaux dans des domaines divers, en particulier la liberté de publier et l’obligation de respecter l'état de droit;
 
L’UIE et le Syndicat des éditeurs égyptiens pressent en outre les autorités égyptiennes, dès maintenant, de : 
· protéger dans l'exercice de leur métier les journalistes, photographes, auteurs, éditeurs et maisons d'édition égyptiens et étrangers. Cela comprend la protection de leur propriété.
· mettre fin formellement à toute forme de restriction à l'importation et la circulation des livres en Egypte.
· lancer immédiatement une enquête indépendante concernant les attaques menées en janvier et février contre des journalistes, des photographes et des maisons d’édition, et en particulier d’identifier et de poursuivre les responsables de la mort de l’éditeur Ahmed Mohamed Mahmoud, de Dar Al-Lataef Edition et Distribution ;

L’UIE et le Syndicat des éditeurs égyptiens réaffirment, de plus, l'importance de l'indépendance et de l'amélioration du Salon du livre du Caire. Dans le contexte actuel, le temps est venu pour que les efforts déployés depuis longtemps par le Syndicat des éditeurs égyptiens en faveur de la création d’un salon du livre indépendant, à la direction libre de toute interférence, portent leur fruit.

Le Syndicat des éditeurs égyptiens saisit cette occasion pour annoncer la création en son sein d’un comité indépendant qui traitera des questions relatives à la liberté de publier, sur une base permanente et active. 

Bjorn Smith-Simonsen, président du Comité « Liberté de publier » de l’UIE, a déclaré : « Tous les éditeurs appellent les autorités égyptiennes à protéger dans l’exercice de leur métier les journalistes, écrivains, éditeurs et maisons d’éditions égyptiens et étrangers, à en finir officiellement avec toute forme de restrictions sur l’import et la circulation des livres en Egypte, et à lancer une enquête immédiate et indépendante concernant les attaques menées en janvier et février contre des journalistes, des photographes et des maisons d’édition, et à spécialement identifier et poursuivre les responsables de la mort de l’éditeur Ahmed Mohamed Mahmoud, de Dar Al-Lataef Edition et Distribution. »

YoungSuk « Y.S. » Chi, le président de l’UIE, a ajouté : « La situation actuelle en Egypte, la plus grande des nations arabes, présente une opportunité historique de changement vis-à-vis des restrictions de publication et d’expression. Alors que cette transition est en cours, les éditeurs du monde entier espèrent que nous assisterons à l’émergence d’un système de publication libre et indépendant. L’UIE souhaite féliciter son membre, le Syndicat des éditeurs égyptiens, pour l’établissement d’un comité national sur la liberté de publier, qui fera la promotion de la liberté d’éditer et traitera des questions qui y sont relatives. C’est l’espoir sincère de l’UIE que les associations de la région suivent cet exemple. »

Enfin Ibrahim El Moallem, le Vice-président de l'UIE, dont la sécurité personnelle a été menacée, en raison du rôle que lui et son journal ont joué dans les manifestations contre le gouvernement égyptien pendant les deux semaines passées, a déclaré : "pendant de nombreuses années, les Egyptiens ont enduré de grotesques violations de droits de l'homme essentiels, comme la liberté de publier et la liberté d'expression. La révolution actuelle a été initiée par la jeunesse d'Egypte qui réclame l'intégrité du pays et est prête et je crois aussi, capable, de prendre le contrôle de son propre destin. La situation actuelle en Egypte présente une occasion extraordinaire pour moi et mes collègues égyptiens d’établir les droits que nous méritons. Je suis reconnaissant du support de l’UIE et empli de l’espoir que les éditeurs, partout dans la région, feront preuve d’audace et lanceront des actions similaires".

 

Ibrahim El Moallem
© UIE



Adhérents
s'abonner à la newsletter Mentions légales Plan du site Contact
design by linkiz