A l’international

Diffusion des œuvres à l’international

L’exportation de livres par les éditeurs français à travers le monde contribue au maintien de la diversité culturelle et à la lutte contre l’homogénéisation des cultures sous l’influence anglo-saxonne. Grâce à leur expertise reconnue de longue date, les éditeurs français sont également des acteurs importants de l’alphabétisation, en particulier dans les pays francophones du Sud.

► Voir le mémorandum du SNE sur « la présence du livre français dans les pays francophones du Sud (01.06) »

Demande de programmes européens de soutien au livre

« Le plaidoyer de la Fédération des Editeurs Européens (FEE) en faveur de programmes européens de soutien au livre » (2008), qui se décline sous la forme de 20 mesures-clés, résulte d’une demande du SNE et se place à la suite du mémorandum sur « la présence du livre du livre français dans les pays francophones du Sud ».

Alors que l’édition représente le premier secteur culturel en Europe, on constate un réel déficit en matière de programmes communautaires consacrés au livre. En effet, les principales aides concernant le livre portent sur les traductions et  sont sans commune mesure avec le budget consacré au cinéma et à l’audiovisuel.

Ce rapport présente nos demandes en expliquant que le livre est un vecteur fondamental de la culture, de la connaissance et des langues européennes que l’UE cherche à promouvoir et que l’édition est au cœur de la Société de l’Information et des Bibliothèques Numériques que l’UE souhaite encourager. Il aborde également les besoins de soutien des éditeurs pour des projets dans les pays en voie de développement (PVD), au motif que le livre est clairement reconnu comme un instrument clé de l’alphabétisation, de la diversité culturelle et du développement.

Saluant l’effort récent de la Direction Générale Education et Culture de la Commission Européenne qui a mis en place un Prix annuel de littérature de l’UE, dont elle co-finance l’organisation, nous encourageons la Commission à poursuivre une telle politique de financement de projets concernant plus directement le livre et les éditeurs.

Parmi nos 20 mesures de soutien au livre européen, se basant principalement sur des bonnes pratiques déjà existantes dans certains pays, on peut ainsi citer :

  • Un accroissement du soutien à la traduction
    Vu le risque financier que prend l’éditeur pour une traduction, le programme actuel devrait être complété par des mesures portant sur des montants financiers substantiels et couvrant les œuvres non littéraires et les langues non européennes. A terme, elles pourraient être intégrées au sein d’un véritable programme communautaire de traduction.
  • L’aide à la tenue de stands communs sur les salons du livre internationaux (pérennisation de l’aide au projet auquel a participé le BIEF en 2005-2006).
  • L’aide à la création de contenus numériques ou numérisés, dont la production est souvent plus onéreuse qu’on ne le croit.
  • Des soutiens pour des projets concernant toute la chaîne du livre dans les PVD ou d’économie émergente via l’inclusion formelle du livre dans le Fonds culturel pour les pays Afrique-Caraïbes-Pacifique et l’attribution de budgets d’aide au développement pour la fourniture de livres et le soutien aux activités des éditeurs locaux…

► Voir « Le plaidoyer de la FEE en faveur de programmes européens de soutien au livre » (octobre 2008)

 

Le 30 juillet 2010, le SNE a répondu à la consultation de la Commission Européenne sur le Livre vert sur les industries culturelles et créatives (europa.eu). Ce fut l’occasion de réitérer notre demande de programmes communautaires pour le livre, et de rappeler que la première des conditions de la diversité culturelle est le respect du droit d’auteur.

 

Au niveau international

La Convention de l’Unesco sur la Diversité Culturelle adoptée lors de la Conférence générale du 20 octobre 2005 a pour objet d’assurer un fondement juridique au droit des Etats à maintenir et développer des politiques culturelles et à stimuler leur capacité à créer des accords de coopération culturelle. Le SNE a suivi de près ces travaux à travers la Coalition Française pour la Diversité Culturelle et l’Union Internationale des Editeurs (UIE).

Intervention de Jean Sarzana, alors Délégué général du SNE au Congrès de l’Union Internationale des Editeurs à Berlin le 22 juin 2004 : Prix fixe et diversité culturelle.

 

© 2014 SNE. Tous droits réservés