Ressources éducatives numériques

Les 1800 écoles dans le Plan numérique ainsi que l’ensemble des collèges ont plébiscité le manuel numérique : près de 8 800 classes de primaire utilisent un manuel numérique. Au collège près de 133 000 classes accèdent à un manuel numérique via une licence collective. Les équipements individuels des élèves progressent en collège : 1 500 000 manuels numériques ont été mis à la disposition des collégiens, avec un accès personnel.

Si les éditeurs scolaires se réjouissent de la dynamique insufflée par la volonté du Ministère de l’Éducation nationale de « Faire entrer l’école dans l’ère du numérique, ils s’interrogent toutefois sur l’accroissement de la production de ressources numériques publiques et sur ses frontières de plus en plus floues avec l’offre concurrentielle. En effet, à l’occasion de la Refondation de l’école, six offres de contenus éducatifs ont été déployées par le ministère de l’Education nationale à la rentrée 2013 et ne cessent de se renforcer depuis cette date.

Ainsi « Les Fondamentaux » et « English for Schools » pour le primaire, et « Eduthèque » et « Prep’exam »  pour le secondaire, proposent des ressources numériques  pédagogiques gratuites pour la classe et pour les élèves,  directement concurrentielles des ressources des éditeurs.

« Prep’exam », accès en ligne aux sujets et éléments  de correction du brevet et du baccalauréat des trois  dernières années « pour permettre une meilleure préparation des candidats aux examens » pose la question d’une concurrence frontale d’une offre publique gratuite – alors même qu’il n’y a pas de carence du marché – avec les offres parascolaires des éditeurs privés. Il en est de même avec « English for Schools » (offre publique de ressources publiées par le CNED et subventionnée spécifiquement à hauteur de 2,2 M€ en 2013) qui est une offre de contenus  également positionnée sur un secteur où il n’y a pas de carence  d’offres de l’édition privée.

La volonté de massification des usages numériques, qui  devrait favoriser le développement d’une filière éducative  numérique française, doit inciter à lever rapidement  les ambiguïtés susceptibles de fausser la concurrence  entre édition publique et édition privée à l’ère du numérique.  Clarifier ces conditions de concurrence vis-à-vis du numérique  sera un facteur déterminant dans l’émergence de nouvelles offres et de nouveaux modèles économiques, à même d’accompagner l’essor d’une filière industrielle du numérique éducatif française, susceptible de rivaliser en France et à l’international avec les acteurs déjà puissants de ce secteur. Au-delà de l’enjeu économique, il s’agit de préserver des spécificités éducatives françaises et de maintenir la créativité et la diversité des ressources éducatives numériques.   

 

© 2014 SNE. Tous droits réservés