Les 1ers dialogues auteurs-éditeurs au Parlement européen de Bruxelles

Doris Pack, présidente de la Commission de la culture et de l'éducation, Daniel Pennac et Diana Wallis, députée européenne, vice-présidente du Parlement européen assistaient à l’événement. © European Union 2011 EP

Doris Pack, présidente de la Commission de la culture et de l’éducation, Daniel Pennac et Diana Wallis, députée européenne, vice-présidente du Parlement européen assistaient à l’événement.
© European Union 2011 EP

Organisés par la FEE à l’initiative du SNE et avec le soutien de la Sofia, les premiers Dialogues Auteur-Editeur se sont déroulés avec succès le 21 septembre 2011 au Parlement européen à Bruxelles.
A l’invitation de la députée européenne Marielle Gallo, trois « couples » auteur-éditeur, respectivement britanniques (Val McDermid, auteur et Ursula MacKenzie, directrice générale de la maison d’édition Little, Brown), allemands (Rafael Seligman, auteur et René Strien, directeur général de la maison d’édition berlinoise Aufbau Verlag) et français (Daniel Pennac et Antoine Gallimard), ont transmis d’importants messages concernant la préservation d’un réseau dense de librairies, la TVA du livre numérique et l’importance du droit d’auteur.

Le Parlement européen joue en effet un rôle croissant sur tous ces sujets. La modération était assurée par Jacques Toubon. De nombreux députés européens et fonctionnaires européens étaient présents. La réussite de ces premiers Dialogues Auteur-Editeur invite à renouveler ces rencontres l’année prochaine.

Communiqué de la Fédération des Editeurs Européens (FEE) – 21.09.2011

Le marché de l’édition du livre a un rôle important et très utile à jouer dans le cadre de la numérisation des livres, ont déclaré trois auteurs de best-sellers et leurs éditeurs aux premiers « Dialogues de la FEE », organisés aujourd’hui au Parlement européen sous le patronage de l’eurodéputé et auteur Mme Marielle Gallo, et de M. Michel Barnier, Commissaire européen pour le marché intérieur et les services.

Le marché de l’édition du livre génère un chiffre d’affaires annuel d’environ 23 milliards d’euros (Selon l’enquête menée par la FEE pour l’année 2009) et plus de 500 000 nouveaux titres sont publiés chaque année. L’industrie européenne de l’édition emploie environ 170 000 personnes à plein temps et des millions d’autres personnes en Europe sont dépendantes du secteur, comme les auteurs, les illustrateurs, les grossistes et bien sûr les libraires. Ces chiffres reflètent l’importance de l’édition en termes d’innovation, de croissance et d’emploi en Europe.

Depuis 500 ans, le livre est le principal moyen de transmission du savoir, du divertissement et de diffusion de toutes les disciplines académiques. Pendant toutes ces années, les éditeurs ont aidé les auteurs à gérer et à diffuser leur contenu et ont assumé le risque financier du projet. Si le monde numérique offre de nouvelles plates-formes de diffusion, il n’en élimine pas pour autant la nécessité
que quelqu’un sélectionne, révise, gère et diffuse les documents numérisés. D’ailleurs de plus en plus d’éditeurs européens tirent une proportion croissante de leurs revenus des contenus numériques. Si cela est particulièrement vrai dans les secteurs scientifiques, techniques et professionnels, cela devient également le cas dans tous les autres.

Val McDermid et son éditeur Ursula Mackenzie, Daniel Pennac, l’auteur primé français et les éditions Gallimard, représentées par Antoine Gallimard, et l’écrivain, commentateur et historien allemand Rafael Seligmann et sa maison d’édition Aufbau, représentée par René Strien, ont traité de nombreux sujets et démontré aux eurodéputés la nécessité de disposer :
– d’un régime fiscal favorisant une large diffusion du livre : la TVA réduite appliquée dans la plupart des Etats membres sur les livres imprimés devrait également être appliquée aux formats numériques ;
– d’un régime de droit d’auteur qui protège les investissements et les droits des auteurs : le régime actuel ne doit pas être remis en question, des solutions pour fournir l’accès sont ou seront mises en place de manière volontaire. Une solution doit également être trouvée pour combattre la piraterie sur Internet ;
– d’une concurrence équitable garantissant un choix large et varié au sein d’un vaste réseau de libraires : l’abus de position dominante doit donc être évité ; plus il y aura de libraires, dans le monde réel comme en ligne, plus il y aura de livres disponibles pour tous les citoyens européens.

Selon Mme Gallo, eurodéputé, « à l’ère du numérique on pourrait croire que l’éditeur n’a plus de rôle à jouer, mais c’est le contraire, car devant l’abondance de l’offre, il est le seul à garantir la qualité de sa sélection. »

Le Commissaire Barnier a déclaré: « La relation entre l’auteur et l’éditeur est importante et bénéfique pour les deux. Les auteurs ont encore besoin des éditeurs, même dans ce monde numérique. »

Anne Bergman-Tahon, Directrice de la FEE, a affirmé : « Les besoins essentiels de l’édition sont les mêmes dans le monde numérique que dans le monde analogique : nous investissons, nous créons, nous gérons la créativité, nous innovons. L’industrie de l’édition est une matrice indispensable sans laquelle la diffusion démocratique du contenu ne trouverait pas son audience. »

© 2014 SNE. Tous droits réservés