Syndicat national de l'édition

  • Événement partenaire
  • Institutionnel

3e édition des Dialogues Auteurs – Editeurs au Parlement européen

19 novembre 2013

Marie Darrieussecq, lauréate du prix Médicis 2013, était présente le 19 novembre au Parlement européen à Strasbourg, lors d’un dîner auteur-éditeur organisé par la Fédération des éditeurs européens.

L’auteur de Il faut beaucoup aimer les hommes était accompagnée de son éditeur, Paul Otchakovsky-Laurens (maison P.O.L). En présence de Marielle Gallo, député européen et auteur, d’Alain Absire, président de la Sofia, de Vincent Montagne, président du Syndicat national de l’édition et de Piotr Marciszuk, président de la Fédération des éditeurs européens, et de députés européens, ils ont partagé leur vision de cette relation exceptionnelle qui lie un auteur et son éditeur.

Marie Darrieussecq a souligné le rôle de l’éditeur dans le processus créatif et l’accord artistique qui existe entre elle et son éditeur : « J’ai besoin de mon éditeur, car il est celui qui me choisit, m’élit, me distingue. », et cité Paul Valéry: « je publie pour arrêter de me corriger ».

Cette soirée littéraire accueillait également l’auteur polonais Pawel Huelle et son éditeur Jerzy Illg (maison Znak). Alors que Pawel Huelle comparait l’auteur privé de droit d’auteur au docteur Jivago, qui trouva, après trois ans passés comme médecin au front, dix familles installées chez lui pour lui dicter sa conduite, Jerzy Illg a lui comparé son métier d’éditeur à celui d’une sage-femme – et l’a défini comme l’ami des auteurs.

Ces deux tandems ont abordé une grande variété de sujets et montré la nécessité de disposer :

– D’un droit d’auteur protégeant la création : alors que récemment encore des appels ont été lancés en faveur d’une refonte du droit d’auteur, il est essentiel de préserver le droit qui soutient la création des auteurs. Paul Otchakovsky-Laurens l’a résumé d’une formule :  « Le droit d’auteur, c’est le droit des auteurs et ce sont aussi les devoirs des éditeurs. C’est ce qui permet la continuité, de construire une œuvre dans la pérennité. »
– D’une fiscalité adaptée : un régime fiscal qui favorise une large diffusion du livre doit être mis en place. La TVA réduite existant dans la plupart des Etats membres devrait être appliquée à tous les livres, indépendamment de leur format (imprimés ou numériques).
– D’une concurrence loyale sur internet y compris l’interopérabilité entre les différentes offres et l’encouragement de l’offre légale.

Alain Absire a rappelé que le droit d’auteur est un droit de l’homme, une garantie de qualité et de visibilité, plus nécessaire que jamais dans un contexte d’hyper offre numérique et face à des firmes géantes en position dominante. En conclusion, Vincent Montagne a réaffirmé que le droit d’auteur encourage la création intellectuelle et a appelé les parlementaires présents à ne pas laisser fossiliser la création européenne : « ne laissez pas détruire cet or pour faire plaisir aux fabricants de pelles et pioches de ce nouvel eldorado qu’est le numérique ».

Vingt parlementaires européens de différentes nationalités étaient présent.

Ne manquez aucune actualité !

Abonnez-vous à la newsletter SNE

Partager par email

S'identifier

Pas encore inscrit?

Vous êtes adhérent au SNE, demandez vos codes d'accès.

Vous êtes éditeur et vous souhaitez adhérer au SNE.

S'inscrire à cet événement.

Gérer mes inscriptions aux groupes & commissions du SNE

Désolé. Vous devez être connecté pour accéder à ce formulaire.

Modifier votre mot de passe

Suppression d'une offre d'emploi

Souscrire aux newsletters suivantes