Chiffres clés de l’édition

2015 : Un marché qui renoue avec la croissance pour la première fois depuis 5 ans

Dans cette page

L’activité des maisons d’édition

Après cinq années consécutives de baisse,  le revenu net des éditeurs a amorcé une légère reprise en 2015. Il a progressé de 0,6 % en valeur et de 3,5 % en volume, passant de 2,652 milliards d’euros en 2014 à 2,667 milliards d’euros pour un total de 436 millions d’exemplaires vendus.

Le chiffre d’affaires des éditeurs

Le chiffre d’affaires des éditeurs (2,667 milliards d’euros) se compose du produit de la vente de livres (2,534 milliards d’euros) et du produit des cessions de droits (133 millions d’euros). Les ventes de livres représentent 95 % des revenus nets des éditeurs et leur montant a augmenté de 0,7 % par rapport à 2014.

Le produit des cessions de droits est en légère baisse par rapport à 2014. Ces revenus complémentaires sont néanmoins importants pour les éditeurs car ils contribuent, en général, directement à leur marge nette. Ils sont le résultat des vies multiples du livre (en poche, en club, en traduction ou en adaptation audiovisuelle) et du talent des éditeurs à les générer.

Les ventes de livres par type de format

Les revenus de la vente de livres (2,535 milliards d’euros), se répartissent de manière stable, par rapport à 2014, entre livres grand format (79,8 %), livres au format poche (13,7 %) et livres numériques (6,5 %).

L’importance des droits d’auteur

Les droits d’auteur portés en charge ont progressé de 1 % par rapport à 2014. Leur montant s’élève à 442,5 millions d’euros en 2015.
Leur poids augmente régulièrement dans le chiffre d’affaires des maisons, en moyenne de 0,3 à
0,4 points par an.  En 2015, ils représentent environ 10,7 % du CA PPHT du panel.

La production éditoriale, les tirages moyens et les ventes

Production éditoriale et tirages moyens

Avec une hausse très modérée du nombre de nouveautés parues en 2015 (+1,3%), la maîtrise de la production éditoriale semble amorcée, après le pic de l’année 2013 où elle avait atteint son niveau le plus élevé.
En revanche, les tirages moyens de ces nouveautés sont en baisse constante depuis plusieurs années.

La répartition des ventes par secteur

En valeur comme en volume, les trois principales catégories éditoriales qui dominent le marché sont la littérature, avec près d’un quart des ventes, suivie par la jeunesse et les livres pratiques.

La distribution

Le relevé d’activité mensuel des distributeurs (référentiel interne au SNE qui regroupe environ 90% de l’activité de distribution de livres), indique une évolution positive de l’activité de distribution de livres en 2015, en progression de 2,2% en valeur et de 1,5% en volume par rapport à 2014.

Ventes au détail et circuits de commercialisation

Selon les données fournies par GfK en termes de ventes au détail, la librairie est le premier circuit de distribution de livres en France, pour un marché évalué à 4,0 milliards d’euros TTC.
Les librairies de niveau 1 renouent avec la croissance après deux années difficiles.
Le poids des grandes surfaces alimentaires (GSA) est en baisse, signe de leur désengagement, depuis plusieurs années, sur l’ensemble des biens culturels. Les ventes de livres au sein des grandes surfaces spécialisées affichent une belle hausse, fruit de leur stratégie multicanale, notamment du web vers les magasins avec les services de clic & collect.

Le livre au format poche

Après plusieurs années de baisse, le marché du livre au format poche a connu une embellie en 2015.
Le revenu net des éditeurs est passé de 342 millions d’euros en 2014 à 348 millions en 2015, soit une hausse de 1,6%.

Le livre au format poche pèse près de 14% des ventes en valeur et 24% des ventes en volume, chiffres stables par rapport à 2014.

Avec 205,3 millions d’euros de chiffres d’affaires et près de 60 millions d’exemplaires vendus, la littérature pèse près de 60% du marché des ouvrages au format poche.
Cependant, cette part est en recul par rapport 2014 (-2,9%), au profit d’autres catégories comme le pratique (+7,7%) ou les sciences humaines et sociales (+7,3%).

L’édition numérique

Le marché de l’édition numérique

En 2015, le marché de l’édition numérique, tous supports et toutes catégories éditoriales confondus, a généré un chiffre d’affaires de 163,8 millions d’euros, en progression de 1,5 %.
Cela représente 6,5 % du chiffre d’affaires des ventes de livres des éditeurs. L’édition numérique continue sa progression et voit son poids augmenter dans les revenus des maisons d’édition, quoique de manière plus modérée que les années précédentes. Le marché est porté par l’édition professionnelle, notamment l’édition juridique.

L’édition numérique grand public

L’édition numérique grand public (c’est-à-dire hors scolaire et hors édition professionnelle – notamment juridique), a généré, en 2015, un chiffre d’affaires de 63,2 millions d’euros. Cela représente 3,1% du chiffre d’affaires de l’édition trade, contre 2,9% en 2014. La littérature est en tête des ventes grand public, avec près de 20% de parts de marché, suivie par la catégorie des livres pratiques.

© 2014 SNE. Tous droits réservés