Syndicat national de l'édition

  • Événement partenaire
  • Professionnel

6e édition des dialogues auteurs-éditeurs

23 novembre 2016

Le prix unique, c’est la loi de l’égalité des chances

Pour sa sixième édition des dialogues auteurs-éditeurs, organisés avec le soutien de la SOFIA, la Fédération des Editeurs européens (FEE) a réuni le 23 novembre 2016 au Parlement Européen à Strasbourg deux tandems  :  l’auteur néerlandais Geert Mak, auteur notamment de « Voyage d’un Européen à travers le XXe siècle » et son éditrice Mizzi van der Pluijm, et Léonor de Recondo, auteur notamment de « Amours », prix des libraires et Grand Prix RTL Lire 2015, et son éditrice Sabine Wespieser.

Une nouvelle occasion de mieux comprendre l’intimité de la relation auteur-éditeur au quotidien et de rappeler les fondamentaux de l’édition.

16 députés européens étaient présents, parmi lesquels Mary Honeyball (Royaume-Uni, Travailliste), marraine de l’évènement, et côté français, les députées Pervenche Bérès (PS), Constance le Grip (LR) et Virginie Rozière (PS).

Lors du dialogue néerlandais, Mizzi van der Pluijm a fait allusion au récent décès de l’éditeur néerlandais des « Versets Sataniques » pour rappeler que le rôle de l’éditeur est de «mettre les choses sur la table et susciter des discussions ». Geert Mak a comparé l’éditeur à un « coach de football », « un travailleur social et un psychologue », réunissant à la fois un bon goût, de l’intuition et un sens commercial et a qualifié l’écriture de projet collectif. Il a souligné l’apport du prix unique du livre pour la survie des libraires, qui ont une fonction culturelle. Interrogés sur le futur, Mizzi van der Pluijm a estimé que tant que « des gens auraient envie d’écrire », il faudrait toujours des éditeurs et Geert Mak a expliqué que le livre numérique est une expérimentation, tandis que « le livre [papier] est un vecteur de rêves ; lire un livre, c’est comme conduire une très bonne voiture ».

Sabine Wespieser, de son côté, a rappelé que « sans le prix unique, sa maison n’existerait pas ; c’est la loi de l’égalité des chances » et que son métier consiste à « faire un choix émotionnel », « accepter la responsabilité de lui trouver le plus de lecteur possible » et « mettre en œuvre une chaîne pour transmettre un enthousiasme ». Selon Léonor de Recondo, « un livre est quelque chose de magique » ; « écrire un livre est très sensible ; pour le faire en toute liberté, il faut se sentir en confiance, se sentir compris ». Insistant sur le prix unique, Sabine Wespieser a ainsi affirmé que « les livres qui se vendent payent pour les livres qui ne se vendent pas » et que « la violence du marché est compensée par le politique ; nous avons besoin de vous [les députés] pour continuer à créer de la valeur ». En outre, « les libraires sont nos premiers alliés ; dans une librairie on trouve ce que l’on ne cherche pas, contrairement à ce qui se passe sur Amazon ».

Deux tandems à la fois émouvants et de haut niveau.

Catherine Blache, chargée des Relations internationales du SNE

Ne manquez aucune actualité !

Abonnez-vous à la newsletter SNE

Partager par email

S'identifier

Pas encore inscrit?

Vous êtes adhérent au SNE, demandez vos codes d'accès.

Vous êtes éditeur et vous souhaitez adhérer au SNE.

S'inscrire à cet événement.

Gérer mes inscriptions aux groupes & commissions du SNE

Désolé. Vous devez être connecté pour accéder à ce formulaire.

Modifier votre mot de passe

Suppression d'une offre d'emploi

Souscrire aux newsletters suivantes